Rencontre avec Cindy VANNONI (pilote Women's Cup)

A l’occasion des 24h du Mans et de ses courses annexes, nous sommes avec Cindy VANNONI, pilote engagée en championnat Women’s Cup 2019, stunteuse et drifteuse. Nous allons lui posé quelques questions pour découvrir son parcours et ses motivations.

Salut Cindy, ça va ? Alors on se connait mais j’en sais très peu sur ton parcours. Peux-tu nous en dire plus ? Quand as-tu commencé la moto ?

En 2013 avec un cb500 stunt. Depuis 6 ans que je roule maintenant, j’ai eu plusieurs motos (cb500, cbr, street triple). J’ai même eu la chance de faire un des shows d’ouverture des 24h du mans motos il y a quelques années. Mais bon,  à part la ligne droite des stands en wheeling, je ne connaissais pas grand-chose du circuit. Maintenant je roule dessus et même si la piste n’était pas mon but premier, j’y prends pas mal de plaisir.

Ce qui veut dire que du coup tu roules sur piste en plus du stunt. Ça fait longtemps ?

2ans ! Je participe à ma seconde Women’s Cup avec peu d’expérience (4 roulages sur petit circuit avant ma toute première Women’s Cup) sachant que la première année je n’avais fait qu’une seule course ici au Mans. Je ne connaissais pas les grands circuits avant et en arrivant ici la première fois, j’ai eu l’impression d’être sur un boulevard tellement c’est grand. Cette fois, par contre, je fais le championnat en entier et je ne suis plus en 675 Street Triple mais en BMW S1000RR.

Donc tu passes d’une course à un championnat complet et d’une 675 à une 1000cc. Pourquoi de tels changements toi qui nous dit que la piste n’était pas une priorité ?

Honnêtement, c’est l’opportunité d’une part de pouvoir exploiter un 1000 à fond (de mes capacités ha ha) et d’autre part c’est cool de pouvoir participer à un championnat 100% féminin.

A aucun moment dans ton discours tu parles des autres. Tu ne cherches pas à te confronter aux autres pilotes où à évaluer ton niveau ?

Non je ne cherche pas à me comparer, c’est plus un défi personnel. Savoir jusqu’où je peux aller, moi et mes propres capacités.

Toi et tes propres capacités, j’aime bien ça. Ça veut dire que sur les courses tu te débrouilles aussi seule ?

Non quand même pas. Il y a toujours mon mari Thibault qui me suit et qui me pousse dans tout ce que j’entreprends car je manque de confiance en moi. Du coup il me motive pour tous les défis que j’entreprends. Et j’ai également un deuxième coach qui nous aide bien que ce soit en mécanique et en techniques de pilotage.

Donc du stunt, du drift de la piste, des tutos sur youtube, wow.. ça commence à faire. Et peut-être du drift en championnat sur circuit aussi. J’ai été appelée pour être juge sur la Drift Fighters Cup et j’ai bien envie d’essayer. On verra bien…mais bon seulement après avoir vu les gars faire.

Merci Cindy pour ces quelques mots et on te souhaite le meilleur dans tes projets et sur la piste.

Merci à vous et bonne continuation.

 

 

Après cet échange avec Cindy, nous sommes quand même passés voir son mari Thibault que nous connaissons également des spots de stunt pour avoir son sentiment sur les projets de sa femme.

Salut Thibault. On a échangé un peu avec Cindy et elle nous a avoué que c’était toi qui la poussais et la motivait ? Un truc de manque de confiance en elle…

Ouais, il faut la motiver car elle n’a beaucoup confiance en elle, du coup j’essai de la poussé dans tout ce quelle fais. Je lui apprends la mécanique car je n’ai pas envie de me salir les mains (rire). Entre les motos de piste, de stunt et de drift, on a toujours de la méca à faire. Tant mieux si elle peut aider.

Bon, entre nous, elle roule comment ?

Pour le nombre d’heure et le peu d’expérience qu’elle a, elle se débrouille plutôt bien. Ce n’est vraiment pas dégeulasse.

Que lui souhaites-tu ?

Qu’elle me rapporte de l’argent haha !!!  Non plus sérieusement, qu’elle prenne du plaisir et si elle peut ramener la moto entière, ça serait un gros plus. Après si elle pouvait se classer dans la première moitié du classement ça serait top !